Review de la bêta fermée de The Division par Fragzing

Première impression

La première chose qui frappe dans cette bêta c’est que l’on voit que les développeurs ont essayé de créer réellement tout un univers à ce jeux (attention je parle bien de la patte graphique et non pas du scénario). Les écrans de chargement sont un poil trop longs lors du premier lancement du jeu mais rien de trop grave, surtout qu’il faut bien se le dire, on joue à un jeu peut-être buggé ou mal optimisé en se plongeant dans une bêta. On arrive dans le jeu sur une cinématique où notre personnage se trouve dans un hélicoptère. Un autre personnage nous fais un « topo » de la situation à New York. D’après ce personnage, la ville serait atteinte par une épidémie de variole. On atterri donc dans un camp de survivants où l’on peut voir d’autres joueurs de différents niveaux.

 

Les camps

Dans les camps on peut retrouver différents marchands permettant de s’équiper face à la jungle qui nous attend en dehors du camp. On peut également trouver un caporal (PNJ) qui nous informe des missions que l’on peut effectuer en fonction de l’avancement de la trame principale et de notre niveau et une carte de Manhattan permettant de mettre à jour sa carte personnelle et d’avoir l’emplacement précis des missions proposées. Une caisse de réapprovisionnement est disponible pour remplir sa réserve de munition. Ces camps servent de HUB pour trouver d’autres joueurs et éventuellement créer un groupe pour remplir les missions. Personnellement lors de cette bêta j’ai préféré poursuivre l’aventure en loup solitaire.

 

Le personnage

Avec sa dimension RPG, The Division inclut une personnalisation de l’apparence du personnage. Même si cette fonctionnalité était indisponible pendant la bêta, on pouvait quand même voir que le personnage sera quasi entièrement personnalisable dans le jeu final. Pour l’apparence il n’y avait place qu’à l’aléatoire qui avait un nombre de modèle bien défini.

 

Pour ce qui est de l’histoire de notre personnage (passé, compétences, etc.) et bien le jeu est particulièrement pauvre je dirais. On devine que la Division est une sorte de commando, que notre personnage en fait parti et qu’ils sont tout simplement là pour aider la population. Je pense que le seul moyen d’avoir le fin mot est de lire le livre de Tom Clancy. De même je trouve que l’on ne peut pas réellement s’identifier au personnage que l’on joue : il ne parle jamais pendant les cinématiques tout en se contentant de recevoir des ordres de personnes qu’il ne connaît même pas, il n’est même pas pourvu d’autre moyens de communication comme par exemple des gestes, des expressions de visage. De toute façon pendant ces cinématiques, on se voit surtout en contre champ ce qui limite l’aspect visuel et l’intérêt de celles-ci.

 

RPG oblige, le protagoniste est pourvu de compétences spéciales qui aident le joueur à se débrouiller dans cet environnement hostile. Il y en avait actuellement deux disponibles dans la bêta : le pTheDivisionSkillsremier qui permettait de scanner l’environnement afin de repérer les ennemis (et avec une upgrade d’augmenter ses dégâts critiques) et le second qui permettait d’avoir une sorte de grenade en plus qui fonctionne de pair avec un système d’impact électro magnétique (IEM) brouillant le HUD à certains moments. On a pu apercevoir pendant la bêta d’autres de ces compétences sans trop d’informations dessus.

 

Enfin pour pouvoir se défendre, le joueur peut équiper jusqu’à trois armes sur lui, les deux premières pouvant être n’importe quel type d’arme (fusils d’assaPersoTDut, pistolet-mitrailleurs, fusils à pompe etc) et la troisième ne pouvant être qu’une arme de poing. La diversité de ses armes est particulièrement grande et le fait d’avoir ces trois emplacements permet au joueur de s’équiper pour différentes situations. Les armes et équipements (genouillères, masques, vestes, sacs…) ont des propriétés faisant
évoluer les caractéristiques de notre personnage selon 3 grands attributs : la santé, l’attaque, et la performance des compétences. Le joueur peut aussi s’équiper de grenades de différents types comme des incendiaires, fragmentations, lacrymogène. L’utilisation de kits de soins servira également beaucoup, faisant en sorte que les phases d’exploration soient plus longues et que le joueur ne soit pas obligé de retourner plusieurs fois à un camp.

 

Le gameplay

Passons maintenant à une critique un peu moins négative : parlons du gameplay. La vue en troisième personne est plutôt plaisante et met en place une certaine stratégie notamment dans les environnements en huis clos. D’ailleurs en parlant de stratégie, le jeu est pourvu d’un système de couverture extrêmement pratique autant pour surprendre ses ennemis que pour se protéger efficacement d’eux. Même si l’utilisation de ce système est différents par rapport à certains autres jeux on s’y fait plutôt rapidement : pour passer d’une couverture à une autre, il faut viser vers celle que l’on veut atteindre et rester appuyer sur espace pour que notre personnage se déplace rapidement et relativement à couvert. Le jeu devient du coup très dynamique et les interactions avec l’environnement sont au rendez-vous, ce qui joue mine de rien sur l’immersion du joueur.

 

Le HUD quant à lui est carrément dans le jeu. Je m’explique, la plupart du temps dans les jeux, on se retrouve face à un HUD fixe sur l’écran ce qui détache celuiHUD-ci du personnage que l’on incarne. Ici on parle d’une interface que notre personnage voit, par le même biais, dès que l’on consulte la carte, celle-ci apparaît en réalité virtuelle avec notre personnage dedans, et c’est aussi là que l’immersion prend tout son sens. L’interface est générée par une sorte d’appareil dans le dos de notre personnage (on peut même
parler de RIG à la Dead Space). Du coup grâce à ce RIG nous pouvons avoir directement des informations sur les balles qui nous restent dans chaque arme, les différents grenades équipées, la vie de notre personnage(évidemment) etc.

 

Concernant la carte, celle-ci est particulièrement grande d’autant plus que le personnage que l’on incarne ne se déplace qu’à pied, ce qui rend les voyages vers unMapTheDivision objectif à trois kilomètres plutôt longs mais intense en rebondissements. En effet lors de ces voyages on peut se retrouver dans des situations délicates comme un sauvetage d’otages, un grand groupe de renégats en travers de notre chemin ou tout simplement des citoyens qui ont besoin d’aide (nourriture, eau et tout autre consommables que l’on peut retrouver dans des sacs, des armoires…). Vous l’aurez compris l’exploration est un grand point fort du jeu. Entre les événements ponctuels, et les missions secondaires, la durée de vie du jeu sera sûrement excellente (bien sûr ce n’est que mon avis).

 

Pour finir, l’implémentation d’une arène PVP permet d’encore plus allonger la durée de vie de The Division. Cette « arène » s’appelle la Dark Zone et se situe à l’extrémité de la carte. L’intérêt de celle-ci est que le joueur pourra accéder à des armes plus puissantes et plus rares que dans la trame principale. Le principe est que l’on est largué dans cette zone de No Man’s Land où n’importe qui peut nous attaquer pour récupérer de l’équipement. Ce dernier peut être remporté sur des zones où des PNJ sont mis en place. Certains lâchent des objets que l’on peut choisir de prendre. Le protagoniste a donc un inventaire de la Dark Zone qui lui permDarket de transporter au maximum 6 objets en même temps sur lui. Une fois que le joueur a au moins un objet dans cet inventair
e, il peut se diriger vers une zone d’extraction où il tirera une fusée dans le ciel qui fera venir un hélicoptère en un minute trente. Et c’est là tout l’intérêt de la Dark Zone : si un joueur à demandé une extraction, il a forcément des objets sur lui et on peut choisir soit de le tuer pour récupérer ses items, soit le laisser déposer tranquillement son équipement mais attention si le joueur choisi la première option, il devient renégat et est visible sur la carte d’autant plus que s’il meurt le butin mis à disposition est bien plus intéressant. En revanche, le fait de tirer sur un renégat ne fait pas devenir renégat. Une fois l’extraction faite, les joueurs peuvent récupérer dans les camps leurs items, dans un coffre de réserve.

 

Conclusion

The Division est un jeu et on peut le dire une licence qui promet. Le jugement reste quand même assez dur à déterminer car la bêta ne reflète pas entièrement le jeu final. Néanmoins quelques aspects me gênent  notamment par rapport à l’identité du protagoniste mais je propose d’attendre la sortie du jeu pour pouvoir tirer une vraie conclusion. La Dark Zone est un aspect qui m’a particulièrement séduit par sa complexité et par le temps que l’on peut passer dessus, d’autant plus que rien empêche de faire un commando avec ses amis. Pour la suite je vous invite à jouer à la bêta ouverte cette fois ci qui se déroulera à partir du 18 février pour les joueurs Xbox one et du 19 pour les joueurs PC et PS4 et se terminera le 21 !

http://tomclancy-thedivision.ubi.com/game/fr-fr/home/

©Fragzing

Publicités