Fragzing a testé Counter-Strike:GO

La licence Counter-Strike a vu le jour sur PC et c’est où la plus grande communauté de joueur restera. Néanmoins, Valve a essayé de faire bande à part et avoir une main sur les revenus dont étaient pourvus les jeux Call Of Duty. Cependant, le jeu n’a pas perdu de son gameplay par rapport aux anciens CS (Counter-Strike 1.6 et Counter-Strike : Source): un jeu qui se base notamment sur la patience et la communication d’équipe et surtout sans atouts cheatés. Le jeu a subit une refonte quasi totale en matière de graphismes et d’interface du joueur.

Si vous êtes nouveau sur cet univers, voilà à quoi vous attendre. CS est un jeu avec un rythme plutôt lent – anecdote drôle, à l’aire de Rainbow Six, CS était joué de manière très dynamique en rentrant dans le tas – où deux équipes essayant d’éliminer l’équipe ennemie tout en accomplissant un second objectif qui peut être soit de secourir des otages soit de poser/désamorcer une bombe. Les deux caractéristiques principales de ces modes de jeu sont que le joueur meurt définitivement pendant tout le round et que le joueur pourra acheter des armes seulement au début du round avec les kills et/ou objectifs qu’il a accompli. On peu trouver des caractéristiques similaire dans Call Of Duty dans le mode Search and Destroy ou dans Shadowrun mais à part quelques modes de Quake ou Unreal Tournament, aucun autre jeu n’a opté pour ces mécanismes.

Ce que j’aime le plus à propos de CS ce sont ses maps. Neuf cartes classiques sont inclues dans le jeu et d’autres sont téléchargées selon l’opération qui est en cours et de nouveaux modes de jeu. Vous trouverez des changements mineurs apportés aux cartes Italy et Dust en revanche une refonte totale a été apporté sur Nuke. Comme la mort est très punitive, vous devrez connaître les spots de la carte comme votre poche. C’est là où l’accessibilité pour les joueurs console est délicate. Sans une bonne visée et de la connaissance, vous ne tiendrez même pas 1 seconde sur les intrépides serveurs CS:GO.

Il existe un bon tutoriel pour la maniabilité des armes, un menu « Comment jouer ? », des bots cons comme leurs pieds pour jouer en offline, et un nouveau système de classement basé sur un ELO qui permettra aux joueurs de tomber avec des gens du même niveau que le leur. Mais il y a quand même quelque chose qui cloche : CS n’a jamais été fait pour des consoles.

En plus d’avoir une mauvaise visée, les joueurs console n’auront pas accès à un navigateur et seront limités à 10 joueurs contre 32 sur PC. Au moins sur consoles vous avez la chance de pouvoir jouer avec une manette.

La chose qui mérite le plus d’attirer l’attention est l’addition de deux nouveaux modes de jeu tels que la Course à l’armement et la Démolition. Les deux sont des variations du mode populaire Gun Game présent dans les précédents opus.Ces deux modes peuvent vous servir beaucoup si vous êtes un néophyte vu qu’ils permettent de voir toute sortes d’armes et de s’habituer à leur recul.

La Course à l’Armement inclus la résurrection, donc le mode est très rythmé mais ne correspond pas au « bon vieux » CS. La Démolition ressemble plus au principe de base et résulte d’une synthèse entre la Course à l’Armement et les missions de désamorçage. Ici le joueur n’a pas de choix d’arme mais l’objectif est de planter la bombe et la mort est permanente jusqu’au prochain round.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s